Et s’il n’y avait qu’une seule cause à l’origine des maladies ?

Hello mes petits coquelicots, ça fait un bon moment que je ne vous ai pas retrouvé sur le blog, j’espère que vous passez un bel été !

Je souhaitais faire un article sur un sujet qui, pour moi, a été une vraie révélation en terme de santé et de prise en charge en Naturopathie. Il est bien connu qu’en médecine holistique nous cherchons la cause de la cause des symptômes et des pathologies. Cela est vrai en théorie, mais je constate qu’en pratique, rares sont les personnes qui vont chercher la cause première, originelle des troubles de santé. On a tendance à considérer le corps comme l’association de plusieurs éléments, plusieurs systèmes dissociés et non comme un réel ensemble indivisible. Par exemple, pour des troubles hormonaux, on va chercher à contrebalancer les dérèglements hormonaux, pour des troubles digestifs, on va agir sur l’intégrité digestive (anti-inflammatoires, probiotiques, L-glutamine etc), pour des troubles rhumatismaux on va agir localement… Sauf que l’ensemble des systèmes du corps humains sont liés et donc il est impensable d’agir uniquement sur un ou deux systèmes tout en négligeant l’aspect indivisible de l’organisme.

Alors oui, ces diverses réponses thérapeutiques sont souvent associées, et fort heureusement, à un changement et rééquilibrage alimentaire, mais est-ce suffisant ? Je suis certaine que vous connaissez des personnes, qui malgré une alimentation saine et une bonne activité physique, sont sujettes à de la fatigue chronique, des douleurs, des symptômes divers et variés et j’en passe. Si le problème venait uniquement de l’alimentation, alors celle-ci devrait pouvoir tout résoudre logiquement ? Cela est faux bien entendu. Je ne dis pas que manger sainement ne sert à rien, bien évidement que c’est une base fondamentale, je dis juste que cela ne suffit pas. En effet, en consultation j’ai pu constater à de nombreuses reprises que les personnes qui souffraient de divers troubles au quotidien, voyaient ces derniers disparaitre lorsqu’elles partaient en vacances et ce, malgré une alimentation qui n’est pas toujours des plus saines. J’en ai fait moi même l’expérience et je suis certaine que vous aussi. Donc qu’est-ce qui a bien pu changer pour que ces personnes se sentent mieux d’un coup ? Il s’agit de l’environnement tout simplement, et par environnement j’entends le niveau de stress qu’il implique.

Comment l’environnement agira-il alors de manière positive ou négative sur notre organisme ? Tout simplement en ayant un impact sur le fonctionnement de notre système nerveux et de notre capacité à nous adapter aux différents stress que nous rencontrons quotidiennement : stress physique, psychologique, physiologique, émotionnel, chimique… Un environnement pollué, bruyant, angoissant, stressant n’aura pas le même impact qu’un environnement relaxant, pur, apaisant, et sain. C’est donc la manière dont notre corps va réagir au stress de manière chronique qui va influer sur notre état de santé physique, psychologique et émotionnelle.

Neuromarketing.jpg

L’ensemble du système nerveux – central et périphérique – régit toutes les fonctions du corps humain (hormonale, digestive, émotionnelle, physique, cognitive et j’en passe) ce qui implique qu’un seul déséquilibre dans ce dernier peut entraîner en cascade divers troubles de santé. Le déséquilibre principal que nous connaissons majoritairement dans notre société est la sursollicitation du système orthosympathique. Ce système est une branche du système nerveux dit autonome, tout comme le système parasympathique. Chaque branche a des fonctions qui lui sont propres, ainsi, l’orthosympathique qui est très important, nous permet d’être en état d’alerte, d’être dynamique physiquement et intellectuellement, de prendre des décisions rapidement, de se préparer à faire face à une situation et d’avoir de la motivation. Quant au système parasympathique, il permet la relaxation, la réparation et régénération des cellules, il ralentit les fonctions de l’organisme dans un objectif de conservation de l’énergie, il facilite la digestion en augmentant les sécrétions salivaires, gastriques, pancréatiques et intestinales, et stimule la libido entre autres (expliquer ici toutes les fonctions du système nerveux dans sa globalité serait trop long, je vous renvoie donc aux sites médicaux et scientifiques qui expliquent très bien cette partie si besoin).

Lorsque votre organisme reste bloqué sur le mode orthosympathique à cause de divers stress répétitifs qui s’accumulent les uns avec les autres (excès de travail, de sport, de pensées négatives, pollution alimentaire, cutanée ou respiratoire, perturbateurs endocriniens, chocs émotionnels, manque de sommeil, surexpositions aux ondes, aux écrans et aux UV etc.), cela bloque les fonctions associées au système parasympathique et créé à la longue un gros déséquilibre.

Lors d’une conférence du Dr David O’Hare, celui-ci nous informait que toutes les maladies ont pour origine une dystonie neurovégétative, à raison de 80% en tendance orthosympathique, et 20% en parasympathique. Lorsque le déséquilibre nerveux est en faveur du système orthosympathique, ce qu’on appelle plus simplement le stress chronique, cela induit inévitablement des mauvaises fonctions digestives (comme l’hypochlorhydrie, cause majeure de la majorité des troubles digestifs, allergies et intolérances), une mauvaise élimination des toxines donc une accumulation des déchets dans l’organisme (et par conséquent une prolifération de nos amis éboueurs les candida qui ont pour fonction de nettoyer cette quantité de déchets, donc oui plus vous aurez de déchets, plus vous aurez de candida et donc une célèbre candidose, qui est ni plus ni moins que la résultante et le processus de nettoyage mis en place par l’organisme pour vous protéger de ces toxines en masse, donc les anti-fongiques et régimes drastiques sont complètement inutiles mais j’en parlerai plus en détails dans le 3ème et dernier volet sur la candidose), une mauvaise libido, des mauvaises fonctions cognitives, des mauvaises régulations de la fréquence cardiaque, des mauvaises fonctions hormonales (cortisol, insuline…), une mauvaise fonction immunitaire, des troubles mentaux, émotionnels, de la fatigue chronique etc.  La liste est longue car comme je vous le disais, le système nerveux a un impact sur l’ensemble du corps humain et toutes ses fonctions.

Tout ce qui nous pousse à réagir activera le système orthosympathique, quelle que soit l’origine de l’élément stressant (aussi bien positive comme le sport, que négative comme une relation malsaine). Je ne dis pas que toutes les choses qui favorisent l’activation du système orthosympathique sont mauvaises et inutiles, attention à ne pas tomber dans le même piège que l’équilibre acido-basique, le bien est l’équilibre entre les deux et non une prédominance d’un des deux côtés (grosse erreur fortement répandue en Naturopathie avec la diabolisation de ce qui est acidifiant – même les bonnes choses -, et la focalisation sur tout ce qui est alcalin). Je dis simplement que dans notre société actuelle, nous avons tendance à oublier de remplir nos réserves. Pour vous illustrer cette situation, je reprends l’exemple du Dr David O-Hare : lorsque vous dépensez autant d’argent que vous en gagnez, il n’y a pas de problèmes, mais dès lors que vos dépenses sont supérieures à vos ressources, alors vous tombez dans le rouge, avec votre corps c’est exactement pareil. Il faut voir le système orthosympathique comme le système de dépenses, et le système parasympathique comme le système de ressources, et le but sera d’avoir autant de ressources pour votre organisme que ce que vous dépensez. C’est pourquoi, toute phase de stress, comme le travail, le sport, le jeûne, les chocs émotionnels, les sollicitations importantes du système immunitaire ou de tout autre système, devra OBLIGATOIREMENT être suivie par une phase de repos adéquate et suffisante. C’est bien là que se situe le problème actuel, nous ne prenons plus ce temps là.

C’est ainsi que les processus de détoxication intense, les multiples cures de nettoyage et autres sont inutiles voire même aggravent des états de fatigue chronique chez beaucoup de personnes. En effet, si nous sommes en dystonie neurovégétative en dominance du système orthosympathique, ce dernier bloque le processus d’élimination régit par le parasympathique et nous forçons donc sur le moteur qui est déjà très fragilisé, ce qui est loin d’être la solution. C’est pourquoi une action préalable sur le système nerveux et la revitalisation de l’organisme avant une détox est primordiale, afin de lui donner les moyens nécessaires de se nettoyer convenablement sans le fragiliser d’avantage.

En apportant suffisamment d’éléments favorisant l’activation du système parasympathique dans notre quotidien, nous pouvons ainsi rééquilibrer l’organisme, et le rendre plus résistant face aux éléments qui le stress. Parmi les moyens de réguler notre système nerveux nous retrouvons : la respiration profonde avec la cohérence cardiaque, la méditation, l’alimentation saine, l’activité physique modérée, la positivité, les valeurs comme la gratitude, la prière, l’amour, la compassion et l’altruisme, le contact avec la Nature, la sieste, la relaxation avec les massages, réfléxologie, sauna etc., l’arrêt du multitâches (dans le foyer, notifications réseaux sociaux, téléphone, écrans…), les plantes adaptogènes et la micronutrition adaptées.

Photo 05-08-2015 15 50 26

L’alimentation saine permet donc de retirer une source de stress et de renforcer l’organisme, si on y ajoute également les autres techniques, mais elle ne suffit pas à elle seule. En agissant ainsi sur le déséquilibre du système nerveux par tous ces moyens, nous pouvons agir favorablement sur l’ensemble des pathologies actuelles (en dehors des maladies génétiques ou de malformations bien entendu, même si ces méthodes peuvent tout de même avoir un impact positif quand bien même cela n’apporterait pas la guérison). Concernant les virus et maladies dû à une contamination, il est évident que la faiblesse immunitaire y est pour beaucoup même si, par précaution, nous ne dirons pas que le stress chronique et l’affaiblissement de l’organisme est la cause première car scientifiquement aucune étude ne confirme cette théorie, mais je pense – et je ne suis pas la seule – qu’une personne dotée d’un système immunitaire puissant ne sera pas aussi facilement touchée qu’une personne ayant une immunité fragile et défaillante.

Voilà pourquoi, selon moi, l’environnement et par conséquent le stress chronique sont toujours à prendre en considération dans un suivi Naturopathique afin d’escompter des résultats probants quels que soient les troubles pointés du doigt. Que vous souffriez d’acné, de candidose, d’allergies, de troubles hormonaux, d’infertilité, de maladies auto-immunes et j’en passe, l’état de votre système nerveux doit impérativement être rééquilibré. Selon les individus, la prise en charge sera différente en fonction de l’origine du stress car chez l’un ça peut être émotionnel, chez l’autre ça sera son exposition permanente à certains produits chimiques, chez un autre ça sera le manque de sommeil, et chez ce dernier ça sera une surcharge de travail. C’est pourquoi même si la cause originelle est le déséquilibre du système nerveux, la réponse ne sera pas la même d’une personne à une autre, et devra être individualisée bien entendu.

J’espère que cet article vous permettra d’y voir plus clair, car même si personnellement je savais que le stress chronique était important dans notre société, je ne le voyais pas sous ses différentes formes (physiologique, émotionnel, chimique…) mais uniquement comme le stress du « je suis stressée » avant un évènement stressant ou bien avec un excès de travail tout bêtement. Ce stress chronique global est donc la cause principale du déséquilibre de notre système nerveux et par conséquent, la source principale de nos maladies actuelles.

Marina_Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.