Candidose : mon chemin vers la guérison ( 1 )

Je pense qu’il était temps de vous en dire un peu plus sur moi afin que les personnes qui me suivent sur les réseaux sociaux comprennent pourquoi mon alimentation a changé et n’est pas celle que je préconise en règle générale. Ce sera donc un article personnel, sur mon expérience. Revenons au tout début, quand les soucis de santé ont commencé.

2011, le début des galères

En 2011, je passais mon BAC ES, ce qui signifie beaucoup de stress, de révisions et de pression. Puis quelques mois après, en octobre ou novembre, après des semaines de douleurs au niveau du ventre, un mauvais diagnostic de gastro-entérite avec des traitements inefficaces du coup, je me réveillais en pleine nuit avec une douleur encore plus atroce que d’habitude. Mes parents appellent SOS médecin qui soupçonne une crise d’appendicite après m’avoir osculté le ventre. Du coup, direction les urgences. Arrivée là bas ils m’ont mis direct sous morphine car j’arrivais à peine à marcher, puis m’ont fait plusieurs prises de sang et un scanner. Bonne nouvelle ce n’était pas l’appendicite donc pas de chirurgie. Mauvaise nouvelle il s’agissait d’une grosse intoxication alimentaire par une bactérie (qu’ils n’ont jamais pu identifier) qui avait saccagé tous mes intestins et qui remontait petit à petit. Ce qui m’a valu une hospitalisation en quarantaine (génial…) pendant presque une semaine. Après ça j’ai connu des durs moments de stress et des périodes pas très joyeuses, comme tout le monde. J’enchaînais les colites (inflammation du côlon) qui me valaient encore des passages aux urgences. Puis en attendant mes résultats de permis de conduire fin 2011, j’étais tellement stressée qu’un soir en pleine nuit je me lève pour aller vomir de la bile sans m’arrêter, une douleur dans l’estomac indescriptible. Je n’avais jamais connu ça, donc rebelote SOS médecin à la rescousse. Il me diagnostique un ulcère à l’estomac et me fait une injection intra musculaire, ce qui m’apaisa rapidement. J’avais aussi des traitements à prendre mais je ne sais plus lesquels. Suite à cela j’ai toujours eu des soucis au ventre, des règles hyper douloureuses qui m’obligeaient à prendre des anti-inflammatoires uniquement pour pouvoir me lever du lit, mais on ne m’avait jamais dit que les anti-inflammatoires étaient interdits lorsqu’on a fait un ulcère gastrique… J’enchaînais aussi les angines pendant des semaines, avec des prises d’antibiotiques longues et inefficaces (mon corps avait fini par s’habituer tellement on m’en avait prescrit à chaque angine), jusqu’à ce que le médecin me parle de retirer mes amygdales et pour moi c’était hors de question. Le corps est parfaitement conçu selon moi, et chaque partie, aussi petite soit-elle, a une fonction bien précise.

2014, premier diagnostic

Jusqu’en 2014 environ, c’était la même chose : angines, maux de ventre, et la super apparition de l’acné (moi qui en avait été épargnée durant toutes ces années), fatigue chronique, plus d’énergie, un sommeil pas du tout réparateur, trouble de la concentration, de la mémoire, douleurs dans les muscles, déprime, boulimie non vomitive, plus mon ventre allait mal plus mon cerveau et mon psychologique allait mal aussi… Jusqu’au jour où je n’arrivais plus à avaler quoi que ce soit sans avoir des brûlures et une douleur à l’estomac, il se gonflait directement et devenait dur comme de la pierre. J’ai finalement été voir une, deux, trois gastro entérologues différentes. J’ai eu le droit à deux fibroscopies, des tonnes d’ IPP (oméprazole pour « contrer » les brûlures d’estomac), des antibiotiques encore, antifongiques etc… La première fois, la fibroscopie avait révélé que mon estomac ne digérait pas du tout, ce qui expliquait mes douleurs car les repas s’entassaient pendant des heures ( à 10h du matin il contenait encore la totalité de mon repas de 20h la veille…). C’est pourquoi il a fallu en faire une deuxième comme on ne voyait rien. La suivante avait montré la cicatrice de l’ulcère, des champignons partout même dans l’oesophage, des inflammations de l’estomac, duodénum, oesophage et une boule fixée aux parois de l’estomac mais la gastro n’a pas su dire ce dont il s’agissait. Au final, les traitements une fois terminés, les douleurs étaient revenues et  la dernière gastro qui me suivait a laissé tomber en me disant clairement que mon cas n’était pas normal et que logiquement son traitement aurait du marcher… Sympathoche celle-là me direz vous ! J’ai donc dû prendre en main ma santé et chercher par moi même ce qui n’allait pas et c’est ainsi que j’ai découvert la Naturopathie. J’ai commencé à faire des cystites (infections urinaires) et mycoses vaginales tous les mois jusqu’à un début de pyélonéphrite donc encore un retour aux urgences. Le soucis avait été pris à temps heureusement et j’ai donc eu des antibiotiques à nouveau. Je n’en pouvais plus, et grâce à mes nombreuses lectures et recherches sur le ventre, la Naturopathie etc j’ai compris que je souffrais d’une candidose chronique. Candidose qui avait pourtant été décelée lors de la fibroscopie le long de l’oesophage mais rien n’avait été fait pour ça. Quand j’ai parlé à mon médecin généraliste que je pensais avoir une candidose et que j’aimerai faire un test pouvant la déceler, elle m’a regardé droit dans les yeux en me disant « bon Marina je crois que vous n’allez pas bien psychologiquement, je pense que des anxiolytiques vous feraient pas de mal ». Euuuuuuuh pardon ?! Évidemment j’ai refusé et j’ai poursuivi mes recherches par moi même afin de trouver un médecin compétent sur ce sujet. C’est là que le début du chemin vers ma guérison a commencé. Il y a eu du positif et du négatif mais je vous raconterai cette deuxième étape dans un prochain article car celui-ci commence à être un peu long ah ah !

J’espère que ce genre d’article plus personnel et détaillé vous aura plu? N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire ou sur les réseaux sociaux 

6 Comments

  • Merci pour cet article détaillé, c’est très intéressant… et assez symptomatique des déboires rencontrés par plein d’entre nous, qui ne sont pas écoutés par les docteurs.

    Bon courage pour la suite!

    • Coucou 🌸 Oui je sais que beaucoup de personnes se retrouvent face à ce genre de situation donc je me suis dit qu’un témoignage pouvait être intéressant 😊

  • Bonjour,

    Je viens de découvrir votre blog en me promenant sur instagram avec le mot clé « candidose »..
    Avez-vous une suite à cet article? pour nous parler de ce qui a marché pour vous?
    J’ai de mon côté des démangeaisons vaginales à répétition qui me laisse à peu près tranquille seulement quelques jours par mois..
    Ayant déjà limité tous les sucres, le gluten et le lactose ( mais sans l’arrêter définitvement), je m’intéresse en ce moment au régime GAPS et Anti candida ..

    Merci!

    • Bonjour ! Oui une suite arrive avec un ou deux articles encore dessus, j’expliquerai tout ! Si vous avez Facebook j’ai créé un groupe « Candidose : le chemin vers la guerison » vous pouvez y retrouver tout mon parcours ainsi que celuis des autres membres ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *