Stop à la polémique sur l’huile de coco

Hello ! Je vous retrouve aujourd’hui avec un article improvisé car j’étais obligée de vous parler de ce sujet suite à toutes les « aberrations » qu’on peut lire ces derniers temps sur l’huile de coco. Après avoir pointé du doigt les laits végétaux, c’est notre chouchoute l’huile de coco qui a été la cible des médias et des lobbys.

 

Par exemple, selon l’article Huile de coco, attention danger ! du site serengo.net :

« L’huile de coco tant vantée pour ses vertus ne serait en définitive pas meilleure pour la santé que le beurre ou l’huile de palme. C’est une étude américaine qui en tout cas l’affirme. Selon l’Association américaine de cardiologie (AHA), cette huile qui parfume délicieusement les plats exotiques développe des propriétés toxiques. » 

On y lit aussi :

« Plus encore que le beurre, elle est gavée de graisses saturées, à hauteur de 80 %. Or celles-ci sont très nocives pour la santé cardio-vasculaire. Selon l’étude, consommer régulièrement de l’huile de noix de coco fait monter le cholestérol (le mauvais, évidemment) en flèche. »

Et encore :

« Quant aux effets bénéfiques pour la santé tant vantés sur le Web par des sites plus ou moins fantaisistes – ou commerciaux -, ils sont inexistants, affirme l’AHA. Pire, chauffée, cette huile développe des composés cancérogènes à partir d’une certaine température.« 

 

Ce genre d’article fleurit un peu partout sur la toile ainsi que sur les réseaux sociaux. Mais pensez-vous réellement qu’un produit utilisé depuis des millénaires et reconnu pour ses vertus serait aussi mauvais que ça, alors que des populations entières en consomment depuis toujours et n’ont pas de soucis particulier contrairement à l’Occident ? Encore un moyen des lobbys de l’industrie agro-alimentaire de faire passer les choses vraiment saines comme étant nocives… Pour vous montrer qu’ils se fondent vraiment sur des propos illogiques je vais répliquer sur chaque point critiqué.

 

L’huile de coco, « bourrée » de graisses saturées ?

Et bien oui ! Mais cette information est loin d’être une nouveauté ou une grande découverte, loin de là. Nous le savions depuis des années, et encore une fois ils jouent vraiment sur les mots. Ils mentionnent les graisses saturées comme étant nocives ? Dans ce cas là pourquoi seraient-elles dans l’alimentation depuis la nuit des temps dans chaque civilisation ? La consommation de BONNES graisses saturées n’est pas à proscrire il ne faut pas rentrer dans l’excès, elle doit être simplement limitée, et moindre que la consommation des graisses mono et poly-insaturées. On recommande 8% d’apport journalier en acide gras saturé et environ 25% pour les insaturés (20% mono insaturés et 5% poly insaturés). Alors non, il ne faut pas supprimer ces graisses car elles sont nécessaires, d’autant plus pour les personnes qui ne consomment aucun produit d’origine animal, elles devront justement trouver leurs graisses saturées quelque part et c’est justement grâce à l’huile de coco qu’elles auront leur quota.

 

Aussi mauvaise que le beurre, l’huile de palme et compagnie ?

Que nenni ! Comment peux t-on prétendre avoir des sources scientifiques et dire une telle bêtise ? (Je ne parle pas du site que j’ai mentionné, mais de la prétendue association américaine en question). Ils ne sont pas censé ignorer que l’huile de coco est majoritairement composée d’acides gras saturés à chaîne moyenne contrairement aux graisses animales qui elles, possèdent des acides gras saturés à chaîne longue, ce qui n’a strictement rien à voir d’un point de vue santé et fonctionnement dans le corps. Les triglycérides à chaîne moyenne vont directement dans le foie qui les métabolisera en énergie, ou les transformera en cétones qui sont incroyablement utiles pour le cerveau et les maladies dégénératives comme Alzheimer, Parkinson etc. D’autant plus qu’elles ne seront pas stockées sous forme de graisse dans votre corps (sous forme de poignets d’amour, culotte de cheval et autres mignonneries), contrairement aux triglycérides à chaîne longue. Et je ne vous parle même par du beurre industriel actuel au lait de vache qui n’a plus rien à voir avec le lait des générations passées. Hormones de croissance, pesticides, OGM, antibiotiques, un beau package dans le beurre, et même bio malheureusement, à moins d’avoir une ferme au fin fond des montagnes à l’abri de tout ça. Le soucis du beurre, c’est aussi la présence de lactose et de caséine qui sont très souvent mal tolérés et provoquent des soucis digestifs. Dans ce cas privilégiez un beurre au lait cru de chèvre, bio, et clarifié par vos soins pour retirer justement ce lactose et cette caséine. Enfin, concernant l’huile de palme, le problème est surtout présent lorsqu’elle est hydrogénée (il en va de même pour l’huile de coco et les autres huiles), mais il s’agit avant tout d’un problème écologique et éthique majeur avec les déforestations et les massacres d’animaux, c’est pourquoi je la boycotte mais cela fait partie de mes convictions personnelles.

 

L’huile de coco, mauvais cholestérol et maladies cardiovasculaires ?

Arghhh quelle sottise d’appeler toujours ce pauvre LDL le « mauvais » cholestérol… Il n’y a qu’un seul cholestérol, donc encore une fois niveau scientifique on peut faire mieux. La seule chose qui change c’est le transporteur du cholestérol, HDL ou LDL qui n’ont pas la même fonction mais j’en parlerai dans un article spécial cholestérol justement. Pour l’argument des pathologies cardiovasculaires liées à l’huile de coco, le meilleur exemple sont les Tokelauans, qui vivent dans le sud du Pacifique.

« Leurs apports en calories se font à 56 % sous forme de graisse, dont 90 % d’huile de noix de coco, ce qui en fait les plus gros mangeurs de graisse au monde. Étude ici 
Pourtant, leur taux de lipides sanguins est modéré et il est très rare qu’ils souffrent de maladies cardiaques.
D’autres chercheurs ont constaté le même phénomène (absence d’infarctus et d’AVC) chez un autre peuple gros consommateur de noix de coco : les Kitavien (en Mélanésie).Étude ici »

source : santenatureinnovation.com

 

L’huile de coco chauffée est toxique ?

S’il y a bien une chose qu’on peut dire c’est que l’huile de coco est THE huile pour la cuisson au contraire ! L’avantage d’être une huile saturée est qu’elle résiste très bien aux fortes chaleurs sans altérer sa structure et elle ne s’oxyde pas contrairement aux huiles insaturées qui, elles en revanche, se transforment et s’oxydent avec les hautes températures. Il faudra veiller seulement à utiliser une huile de coco bio si possible, vierge, d’extraction à froid et surtout pas hydrogénée évidemment.

 

L’huile de coco, des bienfaits inexistants ? Vraiment ?

L’huile de coco est excellente, comme on l’a vu plus haut, pour les maladies dégénératives comme l’Alzheimer, le Parkinson, la maladie de Charcot (SLA), la sclérose en plaque, la dystrophie musculaire de Duchenne, le syndrome de Down et la chorée de Huntington. Elle contient beaucoup d’acide laurique très efficace contre  les bactéries, champignons et virus, donc parfaite en cas de candidose ou autre infection. Elle est aussi utile pour les maladies intestinales inflammatoires, les syndromes de mal absorption ainsi que la maladie de Crohn. En remplacement du beurre, elle permet de perdre les amas graisseux stockés, difficiles à faire partir car elle ne se stockera pas contrairement à ce dernier. Et selon plusieurs études, dont les deux publiées au dessus, elle serait justement efficace pour limiter les problèmes cardiovasculaires. Comment peux-t-on dire qu’elle n’a aucun bienfait ? Pour aller plus loin, je vous conseille l’article de la douce chaudron pastel ici ou le dossier de Daniel Sincholle ici

Mary Newport, auteure d’un livre sur l’Alzheimer s’explique : « Cette idée selon laquelle l’huile de coco fait grimper le cholestérol est partie d’une rumeur, lancée par un fabricant américain qui commercialise une huile de soja devenue très populaire mais qui n’a pas apprécié l’arrivée de concurrents avec l’huile de coco.
Cette compagnie a donc entretenu dans les médias cette rumeur selon laquelle l’huile de coco obstruait les artères. Elle a même réussi à obtenir des autorités américaines la mise en place de droits de douane sur l’huile de coco, qui ont rendu ce produit cher. Il est temps de rétablir la vérité en menant de grands essais avec l’huile de coco. »

 

Tiens donc, c’est bizarre… L’association qui accable l’huile de coco est justement américaine…

 

Alors est-ce encore un petit coup monté des lobbys ou une simple désinformation médiatique ? Dans tous les cas, leurs arguments ne tiennent pas la route et sont loin d’être scientifiques comme ils le prétendent… Et vous, quel est votre avis ? Allez-vous vous séparer de l’huile de coco ?

4 Comments

  • Merci beaucoup pour cet article qui me rassure, en utilisant moi même au quotidien (alimentation ou cosmétique) j’étais un peu déçue de voir tous ces articles un peu partout sur Internet.
    Je vais pouvoir continuer sans regrets.
    Merci encore 😘

    • Oui malheureusement c’est ce qu’ils cherchent à faire on dirait… Mais nous ne sommes pas dupes hihi ❤️

  • Coucou ma belle !
    Je ne savais même pas qu’il y avait une polémique sur l’huile de coco ! Je l’utilise très peu Mais je l’adore et je suis de ton avis, cette étude est tout sauf scientifique !! Et on en parle de l’huile de palme à gogo dans la fameuse pâte à tartiner ?? Quand ces scientifiques prendront ils enfin la décision de stopper le massacre ??
    Merci pour toutes ces infos !!
    Bise

    unbrinverte

    • Derien 😊💕 Oui malheureusement ils pointent du doigt des choses inutilement mais laisse passer des choses affreuses…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *